Mise en sécurité ou mise en conformité ?

Bien souvent, on a tendance à confondre ces deux termes. Ce sont pourtant deux notions bien différentes :

La MISE EN SECURITE représente l’exigence minimale dans une habitation. Cette mise en sécurité est OBLIGATOIRE dans un logement destiné à la location. Elle n’est pas obligatoire dans un logement occupé par les propriétaires. Elle est néanmoins FORTEMENT recommandée car elle seule peut vous prévenir des risques inhérents à l’usage de l’électricité (électrisation, électrocution, incendies). Et oubliez pas qu’en cas de sinistre, si un défaut de l’installation est avéré, l’indemnisation pourra être remise en cause.

Cette mise en sécurité comporte 6 exigences minimales :

1 – Présence d’un appareil général de commande et de protection de l’installation, placé dans une pièce de l’unité de vie et facilement accessible.
Cet appareil permet de couper facilement l’alimentation de l’ensemble de l’installation électrique. Le plus souvent (mais pas toujours) il s’agit du disjoncteur de branchement, appelé aussi disjoncteur EDF.

2 – Présence, à l’origine de l’installation, d’au moins un dispositif différentiel de sensibilité appropriée aux conditions de mise à la terre.
Pour donner une image simple : Une machine laver vieillissante (et donc la possibilité qu’un fil conducteur interne à la machine touche la carcasse métallique, ce qu’on appelle un défaut d’isolation) et un sol mouillé sont le meilleur moyen de se mettre en danger car une partie du courant part dans la carcasse. Et si vous touchez celle-ci au même moment…Dans ce cas, le dispositif différentiel (associé à une bonne mise à la terre) détecte cette fuite de courant et permet non pas de réparer ce défaut bien sûr mais de couper automatiquement le courant, vous empêchant ainsi de vous électriser (prendre une « châtaigne ») ou pire de vous électrocuter (de…mourir).

3 – Présence, sur chaque circuit, d’un dispositif de protection contre les surintensités, adapté à la section des conducteurs.
Les disjoncteurs et les fusibles protègent les conducteurs électriques de l’installation des échauffements anormaux du fait de surcharges (typiquement : je branche l’appareil à raclette sur une multiprise elle-même branchée sur un circuit déjà fortement sollicité par d’autres appareils et bien ça « saute ». Et c’est tant mieux !) ou de court-circuit (typiquement : 2 fils dénudés se touchent).

A savoir : la mise en sécurité impose la plupart du temps le remplacement de la totalité du tableau électrique.

4 – Présence d’une liaison équipotentielle et respect des règles liées aux zones dans chaque local contenant une baignoire ou une douche.
Dans ces locaux, la présence d’eau aggrave fortement le risque d’électrocution. Ceci impose de limiter l’équipement électrique au voisinage de la baignoire ou de la douche et de relier entre eux les éléments métalliques accessibles (tuyauteries cuivres ou inox, huisseries aluminium, etc.)

5 – Absence de tout risque de contact direct avec des éléments sous tension pouvant entrainer l’électrocution et de tout matériel vétuste ou inadapté à l’usage.
Les vieux interrupteurs en porcelaine, les vieux porte-fusibles à fil, les prises de courants sans obturateurs et/ou sans prise de terre dans les pièces humides, sont désormais totalement proscrits.

6 – Conducteurs protégés par des conduits, moulures ou plinthes en matière isolante.
Les fils doivent être mis sous conduits, plinthes, moulures en matière isolante pour éviter leur dégradation. Pour faire simple, la norme exige que le cuivre des fils électriques soit « enveloppé » d’au moins 2 isolants (le plastique PVC rouge, bleu ,vert/jaune, etc. qui entoure d’origine le fil) + une gaine annelée, une moulure en plastique, tube IRO/IRL (tube gris), une moulure en bois, etc. C’est pourquoi les câbles noirs (U-1000 R2V peuvent être apparents car sur ces câbles, le cuivre est doublement enveloppé (la protection du fil de couleur + l’enveloppe noire).

 

La MISE EN CONFORMITE signifie de remplacer tout ou partie de l’installation existante afin de la faire correspondre à la norme en vigueur (NF-C 15-100) applicable aux constructions neuves. Ce sont des exigences de sécurité mais aussi de confort. Elle n’est EN AUCUN CAS obligatoire dans un logement existant. Si sa réalisation dans l’existant peut apporter une sécurité plus fine et un confort amélioré, elle nécessite souvent d’importants travaux.

 

Articles récents